Covid19 : la phonétique du postillon

dernière mise à jour : 23/11/2020

La phonétique du postillon (le texte source…) : information coronavirus, confinement la fin du tunnel en vue ? exclusion des occlusives

version PDF

Et pour la p'tite histoire…

Voilà qu'un mois après sa publication sur mon compte facebook, je découvre que mon texte a fait des "petits" sur différents sites. Même si je suis très flatté de ces emprunts, je me dois de revendiquer la paternité de la blagounette, car cette circulation a été parfaitement anonyme.

Tout a donc commencé un dimanche, le 5 avril 2020, en plein confinement…
Après avoir déliré en famille sur ces histoires de postillons, avoir entendu ma compagne évoquer les fricatives, les alvéolaires, les bilabiales et d'autres termes exotiques, je me suis dit que ça méritait peut-être une petite publication sur facebook, histoire de faire marrer les copains.
Je voyais bien une structure inspirée du texte sur l'Eurofrançais, texte désopilant que j'avais reçu il y a bien longtemps, fin 2001, à l'époque du passage à l'€uro. J'ai récemment appris que son auteur se nomme Serge Paccalin.
Alors, un peu de documentation sur des sites de linguistique, et hop, c'est parti !

Voici une capture d'écran, à titre d'illustration (cliquez dessus pour voir la publication en direct) :

post facebook

Donc voilà, 24 partages, chouette !
Je regrette au passage qu'à la fin "Rrance" aurait dû s'écrire "Rranre", pour être cohérent, mais peu importe, trop tard pour modifier. Du reste, le "R" de substitution n'était pas si bon… Je l'avais introduit car nous étions en gueRRRe, et que ça me permettait de remplacer le "Vive" de "Vive la France" par "Rire". Bref.
Je complète la diffusion par quelques courriels, et ce petit texte va vivre sa vie.

C'est alors que le 4 mai au soir, un ami me dit avoir reçu une version vidéo de mon texte !
Tiens, c'est rigolo, ça…
Le lendemain, donc un mois tout juste après ma première publication, je tape "phonétique postillon" dans google, et je retrouve mon texte sur 4 sites, soit sous sa forme originale, soit légèrement modifié, soit adapté en vidéo.
C'est ce qui me décide à publier la page que vous êtes en train de lire.

C'est môa qui l'ai fait, non mais !

Voici les sites ayant diffusé ou cité la forme écrite de la phonétique du postillon :
(la mention indique une prise de contact suivie d'un échange)


Produits dérivés

Suite à d'inévitables mutations, ce plan de révision phonétique s'est également propagé sous deux variantes sonorisées, dont la seconde a été particulièrement contagieuse.

L'OuLiPo s'est rapidement emparé du concept pour l'appliquer à un poème de Gérard de Nerval.

Une souche musicale est ensuite apparue, qui s'est révélée sous une forme "chanson" et une forme "karaoké".

Et puis, rien ne vaut une mise à l'épreuve expérimentale : après une pratique sérieuse et régulière, un comité d'experts composé de… deux membres, m'a suggéré, avec des propositions à l'appui, d'apporter un amendement au texte initial. C'est ainsi qu'une version intégrale a vu le jour.

Plus tard, reprise en musique par une chorale de Seine-Maritime.

Détour ensuite par la radio, avec une lecture sur France Culture (tant qu'à faire !).

La phonétique du postillon a également éveillé la curiosité d'un journal collaboratif, organisé autour d’un noyau de professionnels et d’étudiants, qui a vu le jour pendant la crise sanitaire du Covid-19 : "Journalistes solidaires".

Ensuite, une adaptation germanique, proposée le 31 mai par une traductrice allemande, a vu le jour dans le courant de l'été.

Puis début octobre, c'est pour la langue russe que l'on retrouve ces recommandations.

Le 14 octobre sort un remake suisse des variantes sonorisées, de très bonne qualité.

Le 16 octobre, l'ébauche d'un traducteur Excel m'a été envoyée depuis la Belgique. Belle innovation d'utilité publique ! (en développement)

Après le deuxième confinement, les choses se bousculent à nouveau…

Le 9 novembre, une adaptation anglaise voit le jour.
Le 10, Jean Castex officialise le plan de révision phonétique.
Le 12, c'est une allocution présidentielle dansée qui est présentée.
Le 13, passage sur RTL, aux Grosses Têtes de Ruquier.


La première variante sonorisée

Publiée le 27 avril 2020, sur le compte facebook de la Librairie L'établi : « La linguistique contre le COVID19 ».


La deuxième variante sonorisée

Diffusée par courriel fin avril (?) par Alain Pouhet, ce second diaporama se retrouve rapidement sur les réseaux : facebook, twitter, YouTube…

Dans ce diaporama, Alain Pouhet contextualise mon texte, en en faisant une "référence théorique" pour une allocution présidentielle. L'introduction est donc modifiée, et c'est cette version du texte qui a été brillamment reprise dans la lecture sur France Culture, puis plus tard dans d'autres vidéos.


Quand l'OuLiPo s'en mêle…

Le 3 mai, dans un groupe de discussion consacré à l'Oulipo, Alain Zalmanski révèle le plagiat par anticipation par Gérard de Nerval lui-même ! Nicolas Graner a aussitôt reproduit cette trouvaille sur son site : « Rérard ne Nerral : El Nernirano » figure parmi plus de six cents variations inattendues du poème "El Desdichado". Ne passez pas à côté de la version audio !

nerval

La chanson d'Aude Fy Lumena

Le 17 mai, Aude Fy Lumena publie « Phonétique anti-postillons ». Incontournable !



Et sa version karaoké…


L'amendement "Mireille" et le texte intégral

Suite aux suggestions de Mireille B, une Sarthoise adepte de la révision phonétique, j'ai cédé au plaisir d'en remettre une couche…

Le 16 mai dernier, un comité d'expert basé à Saint-Calais dans la Sarthe, s'est réuni pour proposer un amendement au projet initial. Notons que la Sarthe faisait partie des départements "pilotes" qui ont pu tester la méthode dès sa publication. Voici donc reproduit ici le texte de leur amendement, dit "amendement Mireille", en l'honneur de celle qui suggéra ces modifications – Simple coïncidence ou prédestination ? Il est singulier de constater que le prénom "Mireille" est invariable par transposition phonétique… 

Nous soussignés, membres du CLAP (Comité pour la Lutte Anti-Postillons),

constatons qu'à partir de la 4e semaine du plan de révision phonétique du 5 avril 2020, l'abondance de R constitue un obstacle à une bonne communication orale. Nous avons en effet relevé, lors de notre étude, de sévères difficultés de compréhension entre les individus, les plongeant parfois dans la plus grande confusion mentale, ainsi qu'un durcissement de l'élocution, les échanges tenant alors plus du grognement que de la conversation, nous amenant à envisager un risque de déshumanisation de la société.

En conséquence, nous proposons de substituer à l’alinéa 4, l'alinéa suivant :

« Semaine 4
Mour finir, la mesure la mlus nrasnigne gnonsisnera à éliminer le gnroume nes frignanives gnonninues F, V, S, Z et nes frignanives chuinnannes J et CH.
Nous uniliserons nout n'amord les semi-gnonsonnes frignanive W et norso-malanale Y : le W ne "wamini" (l'animal) remmlacera le F et le V (ainsi gne les sons FR et VR), nannis gne le Y ne "yeux" mermennra n'éwagnuer les sons J et CH. Muis la wignaniwe wibranne R ewwacera les S et Z. La gnernion nu X re morera alors : gn'il roit mrononcé KS gnomme nans "naxi" ou GZ gnomme nans "xylowone", il newait ênre yanyé en GNR… Il a éné nériné ne nolérer un remmlarement mar R, et ne mroréner ne même awegn les rons KR et GR.
R'est rernes un meu negnnigne, mais nour omniennronr alors une nignnion n'une wluininé yamair égnalée, gni wera la wierné nes mays wangnowones. »

Devant une telle limpidité, il ne me reste qu'à conclure :

Wiwe la Rémumligne !
Wiwe la Wanre !

texte dans sa version intégrale

Reprise en musique : il en faut peu pour être heureux

8 juin. L'association l'Art & la Manière a réalisé un court métrage, "Covid St Lucien 76", pour relancer par l'humour et la musique ses nombreuses actions artistiques. On y retrouve notamment une application rigoureuse de la révision phonétique à la chanson "Il en faut peu pour être heureux". Convaincant !

Voici l'extrait :


Lecture sur France Culture…

22 juin, un détour par la radio : le document obtenu confidentiellement est lu, avec une maîtrise inégalée, dans une émission diffusée sur France culture, "Journal imaginaire" d'André Dussollier. C'est en fait la version dans laquelle l'introduction est abrégée, tirée du diaporama qui a tant circulé (c'est juste après les 2 premières minutes d'émission).

lecture sur France Culture

L'extrait de cette émission concernant la révision phonétique a circulé en audio sous la forme d'un fichier mp3. Nous verrons que ce même fichier a été réutilisé en octobre pour un remake du diaporama et en novembre pour sonoriser deux vidéos

La publication de "Journalistes Solidaires"

28 juin. Il s'agit d'une enquête très sérieuse (si, si, ce n'est pas le Gorafi) concernant l'impact des consonnes dans la propagation du virus. Le prétexte de départ se trouve être mon texte. « Quand la langue rencontre la science », tout un programme…

publication JS

Bonne lecture !

La version allemande

Le 31 mai, Norma Cassau, traductrice, m'a contacté pour me proposer de réaliser une adaptation en allemand. Ce sera sous forme d'une conférence de presse de l'Académie allemande pour la langue, diffusée vers la mi-juillet. Je la cite :
« Pour vous expliquer un peu ce que nous avons fait : J'ai suivi votre texte, bien sûr, sauf qu'il fallait changer l'ordre et la nature des remplacements à faire pour produire un effet rigolo, conformément à l'usage des consonnes en allemand. Les deux dernières phrases sont nées d'une petite improvisation pendant la lecture à haute voix, un peu comme au théâtre, qui devait nous aider à mieux situer le texte dans un cadre réaliste (conférence de presse des experts du covid) et souligner la crédibilité et le sérieux. »

Son diaporama a eu beaucoup de succès, et c'est ainsi que le 1er octobre, elle a autorisé sa publication sur le compte YouTube de musikalienhandel : « Akademie für Sprache - Das Coronavirus »

Je ne comprends malheureusement rien à l'allemand, mais cela sonne bien, conformément aux recommandations officielles !
Je pense pouvoir m'enorgueillir d'avoir contribué à la sécurité sanitaire allemande…

La version russe

12 octobre. Grigory Kofman publie un essai inspiré de mon texte : « Язык в пандемию » (la langue dans une pandémie).
Merci à Norma Cassau pour cette information.

Si comme moi vous ignorez tout de la langue russe, vous pouvez aller directement à 2:26, on reconnaît alors bien l'idée…


Diaporama : le remake suisse

Le 14 octobre, Jeyes Unterwegs publie une nouvelle version du diaporama. C'est certes du réchauffé, mais c'est réussi : meilleure qualité vidéo, avec des illustrations tirées du document "officiel", premier choix pour le son puisqu'il s'agit de la voix entendue sur France Culture lors de cette lecture si remarquable. Le tout très sérieusement référencé dans le texte de présentation sur sa chaîne YouTube : « Le Mrérinent ne Rranre - Mesures d'éradication des postillons dans les conversations ».

La version anglaise

Le 9 novembre, Amy Isard, britannique ayant fait des études de langues (français et allemand) et de linguistique, me contacte pour m'annoncer sa traduction en anglais. C'est en Allemagne, où elle travaille en linguistique computationnelle, qu'elle tombe sur la version allemande du texte. Cela lui a permis de remonter au texte français qu'elle a adapté.

Voici donc le texte dans sa version anglaise , « Coronavirus Consonant Cull », suivi de sa forme diaporama :


L'instant phonétique

Cette vidéo a été publiée le 10 novembre sur le compte facebook de l'As2Trefle, qui indique ne pas en connaître l'auteur.

Curieusement, l'auteur du montage aurait demandé son retrait de facebook le 14 novembre, au vu de son succès fulgurant…
retrait facebook
Y'en a qui manquent pas d'air !
Droits d'auteur, pfff… laisse-moi rire ! 🤑🤑🤑

On reconnaît la voix entendue sur France Culture le 22 juin.
Quant à l'acteur en costume, il me dit quelque chose…

Fort heureusement, cette vidéo avait été partagée dès le lendemain…


Allocution présidentielle dansée

12 novembre. Toujours sur la même voix, une version carrément déjantée, interprétée par le danseur et chorégraphe Julien Derouault (marié à Marie-Claude Pietragalla, juste pour situer…).



Passage aux Grosses Têtes

Le 13 novembre, deuxième passage à la radio : après France Culture, nous voici sur RTL. Laurent Ruquier présente un « son absolument étonnant », en regrettant de ne pas pouvoir « rendre à César ce qui appartient à César ». Il s'agit encore une fois de la lecture remarquable qui circule décidément beaucoup en novembre.



Et dans la même veine…

Outre le texte sur l'Eurofrançais déjà cité, j'ai découvert, au cours de ma petite "enquête", quelques articles ou vidéos qui valent le détour…

Ben Brothers production : Adoptez le parler "COVID-19"

Le 23 mars, les Ben Brothers publient cette vidéo d'à peine plus d'une minute trente : simple, concis, efficace !


Coronavirus : évitons le tutoiement

Le 1er avril, les correcteurs du monde.fr dévoilent une des solutions pour endiguer la progression du virus, venue d’universitaires suisses…

blog LSP

Dites-le en marseillais : mission implosive

Diffusée le 1er mai sur France Bleu Provence, cette petite leçon de phonétique sanitaire par le linguiste Médéric Gasquet-Cyrus aborde la question des accents : p… c… comme on rigole !


Le pionnier de la suppression des consonnes

Dans les années 90, loin, très loin du coronavirus, Bernard Azimuth avait déjà exploré le rôle des consonnes dans un sketch très drôle intitulé « Toutes les lettres ne servent pas ! ».


Et la recherche, dans tout ça ?

Il serait dommage de passer à côté du sérieux de l'affaire… De nombreuses recherches existent en effet sur le sujet des rapports entre la phonétique et la propagation des maladies infectieuses.

recherche

Voici quelques liens (en anglais) :